RESPIRER EN CONSCIENCE : SOURCE DE JOUISSANCE

Ambulance Casablanca, dans un son souci permanent d’apporter le bon conseil pour une santé tonifiante en faveur des personnes à Casablanca, vous présente les bienfaits de la respiration sous l’impulsion de la conscience.

Respirer en conscience est une bonne chose, habiter cette conscience dans l’ensemble de notre corps et de notre être c’est encore mieux !
Les cycles de respirations peuvent être comparés au temps qui s’écoule, ainsi qu’aux flux et reflux de l’océan sur le rivage.
L’apnée inconsciente provoque l’arrêt de ce temps dans notre mécanisme subtil et interne.

Respirer en conscience et présence en notre corps permet de ne pas rompre le flot normalement continu de cette ligne de temps. Si l’on est agressé et que l’on entre inconsciemment en apnée, nous nous arrêtons alors que notre opposant lui, continue à avancer.

 


Si nous sommes à la fois présent, décontractés et en paix en notre corps, cette respiration consciente peux alors pleinement voyager en nous et apporter ses bienfaits dans la moindre de nos fibres. Par cette respiration se dégagera un flux et reflux, une expansion puis une diminution, semblable à celle de notre ventre et cage thoracique lorsque l’on respire. Celle-ci se répercutera dans l’ensemble des muscles du corps de manière interne, invisible à l’œil nu. De ce fait, même sans bouger, notre corps restera malgré tout en mouvement, ce qui permet de ne jamais commencer un geste à partir d’un point zéro.
Cette association présence/respiration vous rendra de plus beaucoup plus dense dans votre corps, de sorte à ce que les saisies, clefs ou coups pénètrent moins en vous. Si votre corps est plein de votre conscience, il n’y a plus de place pour faire entrer les intrusions extérieures.

Hormis l’aspect bénéfique que cela apporte à notre aspect physique, c’est également un excellent moyen de gérer notre mental et notre émotionnel.  Lorsqu’une chose nous surprend, que l’on est fasciné ou effrayé, notre souffle se coupe et le trop plein d’émotion vécue ne s’évacue plus. Prendre conscience de ces apnées et les réparer par la respiration consciente permet presque immédiatement de redescendre sur terre et retrouver ses pleines facultés.
L’apnée n’est pas pour autant à rejeter. Elle n’est handicapante que si elle est inconsciente. Par exemple, dans le cadre d’un automassage, elle peut servir de sas, d’une soupape, dans laquelle on vient accumuler au maximum l’intention de soulager ou détendre la zone tendue / douloureuse. Une expiration profonde et relâchée pourra alors  permettre de libérer d’un coup cette soupape.

Les applications peuvent être nombreuses avec un peu d’imagination. On peut s’amuser à faire quelques rapprochements :
– Les écrivains ou artistes en général ne cherche-t-il pas « l’inspiration » ? Faire entrer l’air dans notre corps signifie plus qu’entretenir nos fonctions vitale, nous faisons entrer en nous l’énergie même de la vie, le souffle divin et créateur.
– On dit souvent que l’on quitte cette terre dans un dernier souffle ou « expiration ». Chacune de nos expirations représente une fin de cycle avant un renouveau promis par la prochaine inspire. Il ne s’agit alors plus de mourir mais de renaitre, pour ça il faut accepter de laisser partir.
– On parle souvent également d’avoir le souffle coupé (« apnée »), par la beauté d’un paysage ou tout au contraire par la vue d’un danger imminent. Pour en revenir à l’image du début de cet article, ne s’agirait-il pas là de vouloir stopper le temps à l’intérieur de soi dans l’espoir de vouloir profiter indéfiniment de ce que nous vivons ? Ou par espoir de retarder ce qui va nous arriver dans le cas du danger.

Il ne s’agit là que d’une brève introduction de l’influence de la respiration consciente sur nous. Apprendre à l’utiliser comme un outil physique, utile et précieux, ou même comme un outil spirituel est à la portée de chacun. En attendant nos autres articles ou vidéo plus complet sur le sujet, N’hésitez pas à suivre et vous imprégner des pratiques existantes pour vous donner des bases solides, telles que le propose par exemple le Systema 😉 .

Que le souffle soit avec vous !

Le meilleur antistress naturel : la respiration !

Qu’y a-t-il de plus naturel et de plus extraordinaire que notre respiration ?

Toutes, et je dis bien toutes, les techniques corporelles de gestion du stress et des émotions utilisent la respiration.
Que vous preniez la sophrologie, la relaxation, la méditation, le yoga, le pilates, la pleine conscience, le tai-chi, le chi-kong, la cohérence cardiaque, le training autogène, le mindfulness…etc. toutes ces techniques s’appuient sur un travail respiratoire plus ou moins poussé.

Comment se poser ?

Par exemple si vous voulez ralentir votre physiologie, si vous voulez être plus calme, vous allez devoir activer plus puissamment la branche de votre système nerveux qui produit cet effet (parasympathique).
Il vous suffira alors de commencer à respirer plus lentement, de préférence avec le ventre, en allongeant le temps de souffle et en faisant des pauses en suspension  après chaque expiration.
De cette façon votre corps ne pourra pas faire autrement que de se calmer.

Petite remarque à l’attention des fumeurs !

C’est cette mécanique respiratoire qui produit l’effet relaxant ressenti par les fumeurs.
Et c’est encore plus efficace « sans » la cigarette !

Pas besoin de fumer pour respirer profondément !

Comment se stimuler ?

Si par contre vous voulez remonter votre niveau d’énergie, de vigilance et d’attention, vous allez chercher à stimuler la branche de votre système nerveux qui va vous mettre en alerte (orthosympathique).
Pour y arriver, vous n’aurez qu’à accélérer votre rythme respiratoire en forçant sur l‘inspiration par la poitrine et en bloquant la respiration après chaque inspiration.
Ainsi votre système nerveux va vous mettre en énergie pour passer à l’action.

Comment être performant ?

Une troisième façon d’utiliser la respiration est moins connue et pourtant très intéressante.
Elle permet d’allier la vigilance de l’état d’alerte à la puissance de focalisation du calme intérieur.
C’est l’état recherché par les arts martiaux, et par tous les performeurs, qu’ils soient sportifs ou artistiques.
Cet état particulier appelé selon les auteurs le flot, le lâcher prise ou le samahdi est un état de performance maximale, à la fois mentale et physique.
La respiration va nous aider à trouver cet état en rééquilibrant et en alternant régulièrement les deux branches du système nerveux autonome dont nous avons déjà parlé ci dessus.

La technique respiratoire de la haute performance :

Pour cela, nous allons tout simplement respirer le plus régulièrement et le plus harmonieusement possible sur un rythme de 5 à 6 secondes d’inspiration, puis de 5 à 6 secondes d’expiration.
Ainsi nous allons forcer notre organisme à se mettre en alerte maximale pendant l’inspiration, puis l’obliger à être dans le plus grand calme pendant l’expiration.
Cette alternance va mécaniquement provoquer une cascade de réactions physiologiques complexes qu’il serait trop long d’expliquer ici.
Il est pourtant une réaction qui est tellement énorme que je ne peux pas la passer sous silence : c’est que notre cœur va se mettre à accélérer et à ralentir au même rythme que la respiration.
Nous serons alors dans un état dit de cohérence cardiaque ou de cohérence psychophysique, car les ondes cérébrales vont aussi se synchroniser avec la respiration et les battements cardiaques.

Pourquoi ce rythme particulier ?

De même que notre corps marche mieux à une température de 37 °, avec une concentration en sel de 9 g/litre, nous sommes plus performant quand notre système nerveux alterne harmonieusement entre la branche parasympathique et la branche orthosympathique toutes les 5 à 6 secondes.
C’est un rythme physiologique que nous avions tous à la naissance et que nous retrouvons naturellement dans les moments ou nous sommes particulièrement calmes et attentifs.

Ce que les médecins d’Ambulance Casablanca vous conseillent de faire maintenant : testez chaque forme de respiration, vérifiez en l’impact sur vous-même et notez dans les commentaires vos conclusions !

Bonne expérimentation.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *